朱自清的温州 – Le Wenzhou de Zhu Ziqing – francais

  
1526
Rating this article
Thanks!
An error occurred!
97%
17 paragraph translated (17 in total)
Read or translate in

You are viewing an old revision of this post, from 14 May, 2012 @ 8:48. See below for differences between this version and the current revision.

  

Rien que de voir les panneaux marron, on se sent réconforté.

J’étais allé dans la wone industrielle puante, j’avais vu les usines gardées, où l’on avait mis fin aux grèves, et j’avais vu une série d’investisseurs complaisants, et de businessmen en train de perdre de l’argent, et les foules du marché au travail, avec les yeux vagues, et leur faim et leur soif anormales, qui entouraient chaque étranger, y compris moi, comme si nous étions directeur d’usine.

Comme beaucoup de villes chinoises, Wenzhou a grandi trop vite, et tous ses souvenirs ont été aplatis à la hâte. Les mêmes tours laides et bruyantes, les mêmes structures administratives étouffantes, et les mêmes routes encombrées – mais l’endroit est devenu plus riche qu’il n’était, plus prétentieux, et plus arbitraire.

La première fois que j’ai vu une Rolls Royce garée à l’entrée d’un KTV à côté d’une rangée de BMWs et de Land Rover, j’ai pensé que leur ordonnancement était déterminé strictement par le prix  de la voiture. Les gens marchent vite, parlent vite, et mangent vite; leurs pensées, leurs anxiétés et leurs conversations tournent toutes autour du business. Ils travaillent dur, et ils sont astucieux. La consommation ostentatoire est une façon de prouver leur succès – mais elle révèle aussi combien leurs goûts sont grossiers. La ville possède un forum romain, un arc de triomphe, un “hôtel Florence, un Louvre – comme une Europe en miniature. Mis à part les pawn shops de toute description, les rues sont bordes de magasins Apple et de bars à vin. Il suffit d’y conduire un peu longtemps pour comprendre que leur succès à tout à voir avec la témérité. Les conducteurs ne trouvent aucun problème à soudainement rétrograder, changer de voie, ou faire demi-tour, et même une rue à voie unique très passante peut leur faire office de parking.

Je me suis très vite senti fatigué. Je ne peux pas rester constamment enthousiaste à entendre simplement parler d’investissements et de banqueroute, tout en devant supporter la poussière dans les rues. C’est alors que j’ai vu le panneau: la maison de Zhu Ziqing.

Briques bleues, fenêtres en bois, tuiles grises, deux cours rénovées, humnle et solitaire, entourées par les grands immeubles de tous les côtés. Du printemps à l’automne 1923, Zhu Ziqing a travaillé comme professeur de chinois au Collège du Zhejiang n.10, à Wenzhou, et vécu dans cette allée. Il était aussi alors une étoile montante de la littérature chinoise, à une époque où la scène littéraire chinoise faisait l’expérience de changements radicaux – le défi de sa génération étant de développer un nouveau style d’écriture combinant l’élégance classique et le language populaire.

La maison de Zhu Ziqing est maintenant un petit musée, et il n’a jamais véritablement résidé là. Le site originel est à une centaine de mètres, le musée est une reconstruction. Pour les officiels locaux, c’est un symbole de leur détermination à faire des sacrifices pour protéger la culture. Un journal local a écrit sur un ton élogieux: “Le projet initial était de construire des tours résidentielles et des centres commerciaux, mais l’espace a finalement été utilisé pour construire la maison de Zhu Ziqing. Au moins 20 million de yuan de bénéfices ont été perdus, mais le projet a permis d’élever le paysage culturel de Wenzhou a un niveau supérieur, et les bénéfices pour la société sont inestimables.” Si l’on écoute de près le ton de l’éloge, on entend le bruit de l’argent – notre vocabulaire est si pauvre que tout s’exprime en “bénéfice”.

La maison de Zhu Ziqing est aussi un produit de la technologie moderne, avec plus de 300 métrès cube de bois, 150,000 briques bleues et 140,000 tuiles grises qu’il a fallu d’abord démonter, puis réassembler. Une partie des matériaux s’étaient détériorés, et il a fallu les reproduire.

旧居如今是一座小型的博物馆,朱自清其实从未在这里住过。原址离此还有一百多米,它是异地重建的产物。对于地方官员来说,它象征着他们保护文化的决 心与牺牲。当地一份报纸以赞叹的口吻写道:“最早的方案是建造多层商住楼的,用来建造朱自清旧居后,至少要损失2000多万元的经济效益,但它为温州增添 了一个高品位的文化景观,其社会效益是难以估量的。”赞扬声中也暴露了一切,你听得到钱的声音,我们词汇是如此贫乏,一切都是“效益”。

旧居也是现代技术的产物,300多立方木料、15万块青砖、14万块瓦片,要拆卸、再原样组装。一些材料腐烂了,它也订购了很多仿制品。

跨进院落的一刻,你感到这不是旧居,还是崭新的。窗明,几净,漆亮,散发着不真实感。博物馆里陈列着朱自清的生平,其中一部分讲述他与温州的渊源。 我这才意识到,中学课本里读到的名篇《绿》、《月朦胧、鸟朦胧、帘卷海棠红》,原来是他在温州写作的。重读挂在墙上的文章片段,太多的形容词,真是甜腻。 经过几十年的革命、再造,我早已不能体会这单纯的情绪。

冷清的下午,只我一个游人,隔壁有几个中年女人的私语,她们是无所事事的管理员和她的朋友们。她们的温州话,我一句也听不懂。本地人喜欢说,温州话 是中越战争中的密码语言,它的发音奇特,难于破译。也不知她们的谈话是否与高利贷有关。据说这场金钱游戏已渗入每个家庭。在江边,一个带孙子的老人平静地 一指远处的高楼:“她就是从那个地方跳的”。他说的是一位破产的债券人。金钱给予人平等,出身、阶层、教育都不在重要,你的一百块和他的一百块是一样的, 金钱也抹平一切历史,把复杂的社会、文化逻辑简单化、平面化。薄薄的钞票,可以购买一切,却也没有任何厚度。

不管旧居多么缺乏质感,他仍散发出特别的魅力,它至少是安静地试图与往日发生关系。在展览牌上,我还看到朱自清为十中撰写的校歌:“雁山云影,瓯海 潮淙,看钟灵毓秀,桃李葱茏。怀籀亭边勤讲诵,中山精舍坐春风。英奇匡国,作圣启蒙,上下古今一冶,东西学艺攸同。”国家与社会陷入了困境,美与豪情仍 在。

从旧居出来,来到瓯江边的码头。那成片的老房子已拆除,在旧照片上,它们绵延不绝,人们穿宅入巷,做饭、生火、到江边洗菜、争吵说笑。如今,只剩下 宽阔的江滨大道与连成一片的高楼,一排水泥屏风。乘上名叫吉尔达的渡船,只五分钟就到了江心屿。轮渡上有吵闹的游客,谈情的恋人,站在我身旁的老太太要去 江心寺念佛。

狭长的江心屿上有黄墙的江心寺和红顶的英国领事馆旧址。还有一东一西两座塔,都建自宋代,西塔是中国式的,有白塔身与一层层的飞檐,东塔却光秃秃 的,像一座灯塔,塔顶上长出一棵歪树。当英国人占领这座岛屿时,强拆了这些飞檐。在1884年的教案中,温州人焚烧了教堂,惊惧的洋人和他们的中国追随者 躲避到孤岛上。我差点就忘记了,温州也是中国最早的开放口岸。

拍摄婚纱照的男女们围绕在领事馆旁。“头再向新郎歪一些”,“再亲密些”、“姿势再优雅点”,摄影师喊着。在下一个镜头的拍摄前,新娘抱着自己的裙摆走来走去,穿雁尾服的新郎等待着,面带顺从与厌倦。
被过滤广告

雨驱赶走了新人,天也暗了,江水依旧浑浊,流速加快了,涨潮的时候到了,偶尔,一艘平底货轮经过,发出汽笛声。寺庙的门关闭了,领事馆旧宅的灯亮起来,它被改造成一家叫“国际公馆”的高级餐厅。人均至少要500元,门口的侍从冷冷对对我说。

游人们坐渡轮回去了,食客们纷纷到来,他们在“国际公馆”里推杯换盏,唱卡拉OK。

我该怎么描述夜晚的江心屿?李白、杜甫、谢灵运、甚至文天祥都到此游历过。一直到朱自清一代,中国文人一直沉醉于山水与月色,在雨后的寺庙里谈禅。 但我们已彻底失去了这种心境与能力。古树、流水、绝句、月光、庙宇这些意向都消失了,取而代之是高楼、霓虹灯、汽车、玻璃、金属、水泥、市盈率与高利贷, 我还不知道,怎么在这个世界里寻找属于它的诗意?



Source : Bulloger

Article Revisions:

Changes:

14 May, 2012 @ 8:48Current Revision
Title
-朱自清的温州 - Zhu Ziqing's Wenzhou - Francais +朱自清的温州 - Le Wenzhou de Zhu Ziqing - francais
Content
Rien que de voir les panneaux marron, on se sent réconforté. Rien que de voir les panneaux marron, on se sent réconforté.
-J'étais allé dans la wone industrielle puante, j'avais vu les usines gardées, où l'on avait mis fin aux grèves, et j'avais vu une série d'investisseurs complaisants, et de businessmen en train de perdre de l'argent, et les foules du marché au travail, avec les yeux vagues, et leur faim et leur soif anormales, qui entouraient chaque étranger, y compris moi, comme si nous étions directeur d'usine. +J'étais allé dans la zone industrielle puante, j'avais vu les usines gardées, où l'on avait mis fin aux grèves, et j'avais vu une série d'investisseurs complaisants, de businessmen en train de perdre de l'argent, et les foules du marché au travail, avec leurs yeux vagues, et leur faim et leur soif anormales, qui entouraient chaque étranger, y compris moi, comme si nous étions directeurs d'usine.
Comme beaucoup de villes chinoises, Wenzhou a grandi trop vite, et tous ses souvenirs ont été aplatis à la hâte. Les mêmes tours laides et bruyantes, les mêmes structures administratives étouffantes, et les mêmes routes encombrées - mais l'endroit est devenu plus riche qu'il n'était, plus prétentieux, et plus arbitraire. Comme beaucoup de villes chinoises, Wenzhou a grandi trop vite, et tous ses souvenirs ont été aplatis à la hâte. Les mêmes tours laides et bruyantes, les mêmes structures administratives étouffantes, et les mêmes routes encombrées - mais l'endroit est devenu plus riche qu'il n'était, plus prétentieux, et plus arbitraire.
-La première fois que j'ai vu une Rolls Royce garée à l'entrée d'un KTV à côté d'une rangée de BMWs et de Land Rover, j'ai pensé que leur ordonnancement était déterminé strictement par le prix  de la voiture. Les gens marchent vite, parlent vite, et mangent vite; leurs pensées, leurs anxiétés et leurs conversations tournent toutes autour du business. Ils travaillent dur, et ils sont astucieux. La consommation ostentatoire est une façon de prouver leur succès - mais elle révèle aussi combien leurs goûts sont grossiers. La ville possède un forum romain, un arc de triomphe, un "hôtel Florence, un Louvre - comme une Europe en miniature. Mis à part les pawn shops de toute description, les rues sont bordes de magasins Apple et de bars à vin. Il suffit d'y conduire un peu longtemps pour comprendre que leur succès à tout à voir avec la témérité. Les conducteurs ne trouvent aucun problème à soudainement rétrograder, changer de voie, ou faire demi-tour, et même une rue à voie unique très passante peut leur faire office de parking. +La première fois que j'ai vu une Rolls Royce garée à l'entrée d'un KTV à côté d'une rangée de BMW et de Land Rover, j'ai pensé que leur ordonnancement était déterminé strictement par le prix de la voiture. Les gens marchent vite, parlent vite, et mangent vite; leurs pensées, leurs inquiétudes et leurs conversations tournent toutes autour du business. Ils travaillent dur, et ils sont astucieux. La consommation ostentatoire est une façon de prouver leur succès - mais elle révèle aussi combien leurs goûts sont grossiers. La ville possède un forum romain, un arc de triomphe, un "hôtel Florence, un Louvre - comme une Europe en miniature. Mis à part les pawn shops de toutes sortes, les rues sont bordées de magasins Apple et de bars à vin. Il suffit d'y conduire un moment pour comprendre que leur succès à tout à voir avec la témérité. Les conducteurs ne trouvent aucun problème à soudainement rétrograder, changer de voie, ou faire demi-tour, et même une rue à voie unique très passante peut leur faire office de parking.
-Je me suis très vite senti fatigué. Je ne peux pas rester constamment enthousiaste à entendre simplement parler d'investissements et de banqueroute, tout en devant supporter la poussière dans les rues. C'est alors que j'ai vu le panneau: la maison de Zhu Ziqing. +Je me suis très vite senti fatigué. Je ne peux pas rester constamment enthousiaste à entendre simplement parler d'investissements et de banqueroute, tout en devant supporter la poussière dans les rues. C'est alors que j'ai vu le panneau: "Maison de Zhu Ziqing".
-Briques bleues, fenêtres en bois, tuiles grises, deux cours rénovées, humnle et solitaire, entourées par les grands immeubles de tous les côtés. Du printemps à l'automne 1923, Zhu Ziqing a travaillé comme professeur de chinois au Collège du Zhejiang n.10, à Wenzhou, et vécu dans cette allée. Il était aussi alors une étoile montante de la littérature chinoise, à une époque où la scène littéraire chinoise faisait l'expérience de changements radicaux - le défi de sa génération étant de développer un nouveau style d'écriture combinant l'élégance classique et le language populaire. +Briques bleues, fenêtres en bois, tuiles grises, deux cours rénovéeshumbles et solitaires, entourées de tous les côtéspar de grands immeubles . Du printemps à l'automne 1923, Zhu Ziqing a travaillé comme professeur de chinois au Collège n.10du Zhejiang , à Wenzhou, et vécu dans cette allée. Il était alors une étoile montante littéraire chinoise, à une époque où celle-ci faisait l'expérience de changements radicaux - le défi de sa génération étant de développer un nouveau style d'écriture combinant l'élégance classique et le langage populaire.
-La maison de Zhu Ziqing est maintenant un petit musée, et il n'a jamais véritablement résidé là. Le site originel est à une centaine de mètres, le musée est une reconstruction. Pour les officiels locaux, c'est un symbole de leur détermination à faire des sacrifices pour protéger la culture. Un journal local a écrit sur un ton élogieux: "Le projet initial était de construire des tours résidentielles et des centres commerciaux, mais l'espace a finalement été utilisé pour construire la maison de Zhu Ziqing. Au moins 20 million de yuan de bénéfices ont été perdus, mais le projet a permis d'élever le paysage culturel de Wenzhou a un niveau supérieur, et les bénéfices pour la société sont inestimables." Si l'on écoute de près le ton de l'éloge, on entend le bruit de l'argent - notre vocabulaire est si pauvre que tout s'exprime en "bénéfice". +La maison de Zhu Ziqing est maintenant un petit musée, et il n'a jamais véritablement résidé là. Le site originel est à une centaine de mètres, le musée est une reconstruction. Pour les officiels locaux, c'est un symbole de leur détermination à faire des sacrifices pour protéger la culture. Un journal local a écrit sur un ton élogieux: "Le projet initial était de construire des tours résidentielles et des centres commerciaux, mais l'espace a finalement été utilisé pour construire la maison de Zhu Ziqing. Au moins 20 million de yuan de bénéfices ont été perdus, mais le projet a permis d'élever le paysage culturel de Wenzhou a un niveau supérieur, et les bénéfices pour la société sont inestimables." Si l'on écoute de près le ton de l'éloge, on entend le bruit de l'argent - notre vocabulaire est si pauvre que tout s'exprime en termes de "bénéfice".
-La maison de Zhu Ziqing est aussi un produit de la technologie moderne, avec plus de 300 métrès cube de bois, 150,000 briques bleues et 140,000 tuiles grises qu'il a fallu d'abord démonter, puis réassembler. Une partie des matériaux s'étaient détériorés, et il a fallu les reproduire. +La maison de Zhu Ziqing est aussi un produit de la technologie moderne, avec plus de 300 mètres cube de bois, 150 000 briques bleues et 140 000 tuiles grises qu'il a fallu d'abord démonter, puis réassembler. Une partie des matériaux s'étaient détériorée, et il a fallu les reproduire.
-旧居如今是一座小型的博物馆,朱自清其实从未在这里住过。原址离此还有一百多米,它是异地重建的产物。对于地方官员来说,它象征着他们保护文化的决 心与牺牲。当地一份报纸以赞叹的口吻写道:“最早的方案是建造多层商住楼的,用来建造朱自清旧居后,至少要损失2000多万元的经济效益,但它为温州增添 了一个高品位的文化景观,其社会效益是难以估量的。”赞扬声中也暴露了一切,你听得到钱的声音,我们词汇是如此贫乏,一切都是“效益”。 
-旧居也是现代技术的产物,300多立方木料、15万块青砖、14万块瓦片,要拆卸、再原样组装。一些材料腐烂了,它也订购了很多仿制品。 
-跨进院落的一刻,你感到这不是旧居,还是崭新的。窗明,几净,漆亮,散发着不真实感。博物馆里陈列着朱自清的生平,其中一部分讲述他与温州的渊源。 我这才意识到,中学课本里读到的名篇《绿》、《月朦胧、鸟朦胧、帘卷海棠红》,原来是他在温州写作的。重读挂在墙上的文章片段,太多的形容词,真是甜腻。 经过几十年的革命、再造,我早已不能体会这单纯的情绪。 
-冷清的下午,只我一个游人,隔壁有几个中年女人的私语,她们是无所事事的管理员和她的朋友们。她们的温州话,我一句也听不懂。本地人喜欢说,温州话 是中越战争中的密码语言,它的发音奇特,难于破译。也不知她们的谈话是否与高利贷有关。据说这场金钱游戏已渗入每个家庭。在江边,一个带孙子的老人平静地 一指远处的高楼:“她就是从那个地方跳的”。他说的是一位破产的债券人。金钱给予人平等,出身、阶层、教育都不在重要,你的一百块和他的一百块是一样的, 金钱也抹平一切历史,把复杂的社会、文化逻辑简单化、平面化。薄薄的钞票,可以购买一切,却也没有任何厚度。 
-不管旧居多么缺乏质感,他仍散发出特别的魅力,它至少是安静地试图与往日发生关系。在展览牌上,我还看到朱自清为十中撰写的校歌:“雁山云影,瓯海 潮淙,看钟灵毓秀,桃李葱茏。怀籀亭边勤讲诵,中山精舍坐春风。英奇匡国,作圣启蒙,上下古今一冶,东西学艺攸同。”国家与社会陷入了困境,美与豪情仍 在。 
-从旧居出来,来到瓯江边的码头。那成片的老房子已拆除,在旧照片上,它们绵延不绝,人们穿宅入巷,做饭、生火、到江边洗菜、争吵说笑。如今,只剩下 宽阔的江滨大道与连成一片的高楼,一排水泥屏风。乘上名叫吉尔达的渡船,只五分钟就到了江心屿。轮渡上有吵闹的游客,谈情的恋人,站在我身旁的老太太要去 江心寺念佛。 
-狭长的江心屿上有黄墙的江心寺和红顶的英国领事馆旧址。还有一东一西两座塔,都建自宋代,西塔是中国式的,有白塔身与一层层的飞檐,东塔却光秃秃 的,像一座灯塔,塔顶上长出一棵歪树。当英国人占领这座岛屿时,强拆了这些飞檐。在1884年的教案中,温州人焚烧了教堂,惊惧的洋人和他们的中国追随者 躲避到孤岛上。我差点就忘记了,温州也是中国最早的开放口岸。 
-拍摄婚纱照的男女们围绕在领事馆旁。“头再向新郎歪一些”,“再亲密些”、“姿势再优雅点”,摄影师喊着。在下一个镜头的拍摄前,新娘抱着自己的裙摆走来走去,穿雁尾服的新郎等待着,面带顺从与厌倦。 
-被过滤广告 
-雨驱赶走了新人,天也暗了,江水依旧浑浊,流速加快了,涨潮的时候到了,偶尔,一艘平底货轮经过,发出汽笛声。寺庙的门关闭了,领事馆旧宅的灯亮起来,它被改造成一家叫“国际公馆”的高级餐厅。人均至少要500元,门口的侍从冷冷对对我说。 
-游人们坐渡轮回去了,食客们纷纷到来,他们在“国际公馆”里推杯换盏,唱卡拉OK。 
-我该怎么描述夜晚的江心屿?李白、杜甫、谢灵运、甚至文天祥都到此游历过。一直到朱自清一代,中国文人一直沉醉于山水与月色,在雨后的寺庙里谈禅。 但我们已彻底失去了这种心境与能力。古树、流水、绝句、月光、庙宇这些意向都消失了,取而代之是高楼、霓虹灯、汽车、玻璃、金属、水泥、市盈率与高利贷, 我还不知道,怎么在这个世界里寻找属于它的诗意? 
 +Des que vous posez les pieds dans la cour, vous avez le sentiment que ce n'est pas la maison d'origine, mais une version flambant neuf. La clarté des fenêtres, les reflets de la peinture, la propreté du lieu, tout cela le rend irréel. Le musée propose des expositions sur la vie de Zhu Ziqing, dont une partie est consacrée à ses origines et à sa relation avec Wenzhou. C'est là seulement que je me suis rendu compte que les textes célèbres lus dans mon manuel de collège, "Verdure", "Lune brumeuse", "Oiseau sombre" et "Révélations sous le rideau", ont tous été écrits à Wenzhou. En relisant les passages affichés au mur, j'ai trouve qu'il y avait trop d'adjectifs, que le style était vraiment sirupeux. Apres plus de dix ans de révolution et de reconstruction, je ne pouvais plus m'identifier à ces émotions simples.
 +C'est un après-midi froid, et je suis le seul visiteur. Dans la piece d'à côté, j'entends les voix de quelques femmes d'âge mur, la directrice du musée et ses amies. Je ne comprends pas un mot au dialecte de Wenzhou qu'elles emploient. Les gens d'ici aiment dire que le dialecte de Wenzhou était le langage secret utilisé pendant la guerre du Vietnam: sa prononciation est étrange, et il est difficile a comprendre. Je ne sais pas si leurs conversations portent sur la hausse des taux d'intérêt. Les gens disent que cette obsession pour l'argent s'est infiltrée dans tous les foyers. Au bord de la riviere, un vieil homme qui garde son petit-fils dit calmement, en pointant du doigt un immeuble au loin: "C'est de là qu'il a sauté". Il parle d'un homme dont les débiteurs se sont mis en faillite. L'argent rend tout le monde égal: origines, classe sociale, éducation, tout cela ne compte pas, tes cent yuan et ses cent yuan sont identifiques, l'argent met l'histoire a plat, il simplifie et il aplatit les complexes logiques sociales et culturelles. Les fins billets de banques peuvent tout acheter, mais ca ne leur donne pas pour autant de profondeur.
 +Quoiqu'elle soit insubstantielle, la maison de Zhu Ziqing dégage tout de meme un charme particulier. Elle essaie calmement de développer une relation avec le passé. Sur les panneaux d'exposition, je lis aussi le poeme que Zhu Ziqing a compose pour l'ecole: “雁山云影,瓯海 潮淙,看钟灵毓秀,桃李葱茏。怀籀亭边勤讲诵,中山精舍坐春风。英奇匡国,作圣启蒙,上下古今一冶,东西学艺攸同.” Alors même que l'Etat et la société traversaient une periode de troubles, on appréciait encore la beauté et l'héroïsme.
 +Sortant de la maison de Zhu Ziqing, j'atteins les pontons de la riviere Oujiang. Dans cette partie de la ville, les vieilles maisons ont toutes été détruites; sur les vieilles photographies, on peut les voir s'étendre a l'infini, et les résidents pénétrer les allées, cuisiner, allumer un feu, laver des légumes dans la rivière, se quereller ou s'échanger des plaisanteries. Tout ce qui demeure aujourd'hui est la large "Avenue du fleuve", avec sa rangée de grands immeubles, formant un haut ecran de béton. Je prends un ferry, le "Gilda", et en cinq minutes, je me retrouve sur l'île. Le ferry est plein de touristes bruyants et de couples d'amoureux. La vieille dame debout près de moi veut aller au temple bouddhiste au milieu de la riviere.
 +Sur l'étroite île fluviale se dressent les murs jaunes du temple bouddhiste et le toit rouge de l'ancien consulat britannique. Il y a aussi les deux tours - celle de l'Est et celle de l'Ouest, toutes deux construites sous le règne des Song. La tour de l'Ouest est de style chinois, avec des murs plans et des corniches étagées; la tour de l'Est est dénudée, comme un phare; à son sommet pousse un arbre tordu. Quand les Britanniques ont occupé l'île, ils ont détruit toutes les corniches. Durant l'incident de 1848, les habitants de Wenzhou ont mis le feu a l'église, et les étrangers terrifiés se sont réfugiés sur l'île avec leurs serviteurs chinois. J'avais presque oublié que Wenzhou fut le premier port ouvert de Chine.
 +Le consulat est entouré de couples qui font prendre leurs photos de noces. "La tête vers le marié", "encore un baiser", "tenez la pose", crient les photographes. Avant de prendre la prochaine photo, la mariée fait les cent pas, pendant que le marié attend dans sa queue-de-pie, docile et fatigué.
 +La pluie vient et les chasse, le ciel s'obscurcit, la rivière est toujours boueuse, mais le flot se fait plus rapide, la marée vient et, occasionellement, une péniche fait entendre son sifflet. Les portes du temple sont fermées, les lumieres s'allument à l'intérieur de l'ancien consulat, reconverti en restaurant chic, "La résidence internationale". Coût minimum par convive, 500 yuan, me dit froidement le videur.
 +Les promeneurs remontent sur le ferry, les dîneurs arrivent; ils descendent quelques verres à la "Résidence internationale", et chantent au karaoke.
 +Comment décrire la nuit sur l'île fluviale? Li Bai, Du Fu, Xie Liongyun et meme Wen Tianxiang y sont tous venus comme visiteurs. Jusqu'à la génération de Zhu Ziqing, les érudits chinois ont apprecié paysage et clair de lune; ils se sont arrêtés dans le temple après la pluie pour discuter du bouddhisme. Mais nous avons complètement perdu cette attitude, perdu cette faculté. Les vieux arbres, le flot de l'eau, la poésie, le clair de lune, les temples, tout cela a disparu, remplacé par les grands immeubles, les néons, les voitures, le verre, le métal, le béton, les taux d'intérêt et les emprunts. Et je ne sais toujours pas ce qu'il y a de poétique en ce monde.

Note: Spaces may be added to comparison text to allow better line wrapping.

About Antoine Roset

I am a french professional translator living and working in Beijing. I am eager to advertise the voice of chinese citizens to the world.