朋友,同事,陌生人 – Amis, collègues, inconnus – Francais

  
9228
Rating this article
Thanks!
An error occurred!
97%
19 paragraph translated (19 in total)
Read or translate in
  

Je suis arrivé à Pékin il y a un certain temps, et, depuis, j’ai eu beaucoup d’expériences, et rencontré énormément de monde. Cependant, j’ai remarqué que ne gravitaient autour de moi que trois types de personnes: les amis, les collègues, et les inconnus; 而后,再由这三类人衍生中各种形形色色的交际圈子

1.Ne pas mépriser les inconnus

Je crois que beaucoup de gens préfèrent parfois se cacher dans le monde des inconnus, peut-être est-ce la seule façon de pouvoir se sentir libre de tout souci. Mais l’on ne se rend pas compte qu’il s’agit fréquemment d’une forme d’échappatoire et de paralysie de soi. Je me souviens ainsi que j’aimais particulièrement chatter sur QQ (le Facebook chinois), dans ce monde virtuel tu peux faire tout ce que tu veux. Pendant longtemps j’y ai été accro, puis j’ai découvert que les inconnus pouvaient en réalité être de bons amis.

A Pékin, j’ai rencontré beaucoup d’inconnus, en général je ne faisais que les croiser de manière fugace. Mais il y a une personne dont je me souviens toujours aujourd’hui. J’avais rencontré cette femme plutôt âgée dans le bus, elle devait avoir l’âge de ma mère et n’arrêtait pas d’écrire je ne sais trop quoi sur un petit cahier. Poussé par la curiosité, je compris qu’elle était une vieille femme seule. Sans enfants, elle louait un logement en sous-sol et travaillait comme femme de ménage pour assurer sa subsistance.

La raison pour laquelle elle prenait ces notes était entièrement en lien avec ses problèmes dans les transports. Sa mémoire était très mauvaise, et elle avait peur de se tromper de bus ou de faire un “faux mouvement”. Chaque jour, elle devait en effet aller très loin de chez elle pour faire le ménage.

Parfois, plus les gens nous sont éloignées, plus elles ont un impact profond sur nous-mêmes. En tout cas, cette femme m’avait ému, 一时半会je ne pouvais en dire la raison, mais elle m’avait fait une très forte impression.

2. Les collègues familiers et distants

Cette question ne se pose pas uniquement à moi, mais concerne une foule de personnes. Je le concède d’abord: j’ai connu ce type de collègues (que l’on connaît de vue mais dont on ignore le nom, ou, inversement, dont on connaît uniquement le nom sans les avoir jamais croisés).

Je me souviens ainsi d’une de mes collègues, avec laquelle j’avais plutôt de bonnes relations. Elle avait la réputation d’être “l’hyper-connectée” de la boîte,tout le monde était immanquablement au courant. 靠着这一点, elle s’efforçait de plus en plus. Beaucoup de gens admiraient et enviaient sa capacité. Cependant plus tard, un incident vint transformer l’opinion que j’avais de tout ceci.

Il se passa ceci: un jour, elle avait eu un accident et n’était pas venue au travail. Son directeur de département voulait la joindre, mais personne n’avait ses coordonnées, je trouvais cela très triste. Enfin, un collègue bien avisé chercha parmi les dossiers de notre collègue et trouva ses coordonnées.

A ce moment je me demandais comment c’était possible: elle était une personne tellement connectée, et pourtant personne ne lui prêtait vraiment attention. C’était vraiment comme si on laissait passer les choses ne nous concernant pas!!! Plus tard, j’appris qu’elle avait démissionné. Il s’avéra qu’elle était “trop compétente”.

3. Des amitiés superficielles

Ce genre d’ami signifie beaucoup. Des camarades d’école, des collègues, des inconnus peuvent tous devenir vos amis. A l’université, dans mon dortoir, j’avais un camarade qui était comme un frère pour moi. Ce genre d’ami vaut son pesant d’or. Je me souviens encore, il avait de très bons résultats, à la différence des miens qui étaient faibles. Mais il était bienveillant, à chaque fois que j’avais besoin d’un coup de main, il m’offrait son aide de manière désintéressée.

Cependant, après l’obtention de nos diplômes, il devint différent, à tel point que j’en étais stupéfait, bouche bée. Il n’appelait presque plus, préférant utiliser QQ. Je me souviens l’avoir souvent appelé, tandis qu’il ne me téléphonait presque jamais. Par dessus tout, il eut même le culot de se plaindre du fait que je ne l’appelais plus, j’en riais jaune. Le considérant toujours comme un frère, je n’y prêtai pas attention et lui pardonnai.

Il y a quelques temps, il me dit qu’il allait à une blind date, et qu’il voulait que je l’appelle. Je ne refusai pas et l’appelai sur le champ. Pendant notre conversation, il plaisantait, semblait vraiment heureux. Je me rappelle que quand nous étions à l’université, il ne parlait jamais de tomber amoureux, et vouait sa jeunesse entièrement aux études. J’appris plus tard que sa blind date s’était mal passée et je me demandais: “Pourquoi ne parle-t-il pas avec plus de chaleur de l’amour?”

Dernièrement, il me demanda à nouveau de l’appeler. Au début, je n’y pensais pas trop, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il me répète: “Pourquoi ne m’appelles-tu pas?” Il n’était pas content: “Si tu ne m’appelles pas, je ne vais pas t’appeler”. Je perdis patience et lui répondis “Au revoir” sur QQ. J’espérais ainsi qu’il m’appellerait, et qu’il se trouverait de cette façon confronté à ses contradictions, mais il répondit tout de suite: “Ok, alors salut!”

Après avoir écrit cela:

Je pose une question: Que pensez-vous de ces trois types de personne que j’ai rencontrés? Avez-vous déjà eu la même expérience (ou en faites-vous l’expérience en ce moment)? Si oui, pouvez-vous me faire part de votre opinion?

Adresse originale: http://www.zhaoqiang.org/sanleiren.html

Article Revisions:

There are no revisions for this post.



Source : My1510, 11 November 2012

About julien.leyre

French-Australian writer, educator, sinophile. Any question? Contact [email protected]