有人欢喜有人愁——台湾首例同性佛教婚礼 – Le premier mariage bouddhiste homosexuel à Taiwan – Francais

  
7724
Rating this article
Thanks!
An error occurred!
97%
7 paragraph translated (7 in total)
Read or translate in
  

Que l’homosexualité soit légale et qu’elle soit acceptée par la majeure partie de la société reflète, dans une certaine mesure, le degré de civilisation de cette même société. Il est en outre intéressant de constater que, dans la Chine antique, l’homosexualité masculine, bien que non légalisée, n’était pas non plus illégale. On peut ainsi lire d’après divers écrits que “la pédophilie a commencé avec l’empereur”. Dans Le Rêve dans le pavillon rougeJia Baoyu, Qin Zhong et Jiang Yuhan entretiennent manifestement des relations homosexuelles. Toutefois, dans l’Antiquité, le degré de civilisation de l’Occident était inférieur à celui de la Chine, l’homosexualité était strictement prohibée. Cela avait grandement à voir avec l’essor du christianisme. Le christianisme des premiers jours suivait en effet les commandements de la Bible et considérait que l’homosexualité était un grave péché. En l’an 538 de l’ère chrétienne, l’empereur romain Justinien fusionna le droit romain et le droit canon, décrétant que l’homosexualité “était la cause de famines, de tremblements de terre ainsi que d’épidémies”, en outre elle entraînait “la perte de l’âme”. Ainsi, pour prévenir la ruine de l’empire et la destruction de ses cités, il était nécessaire de l’interdire. Et parmi les punitions, l’une d’elles consistaient à émasculer publiquement les homosexuels. Entre 541 et 544, lors de la peste de Justinien, à Byzance, durement touchée, on blâma les homosexuels pour cette peste. Dès lors, l’homosexualité, au sein de la Chrétienté, devint “un péché contre Dieu”, tandis qu’au sein des régimes occidentaux laïques, elle fut considérée comme “un crime mettant en péril le pays et le peuple”.

Néanmoins, aujourd’hui, la civilisation occidentale est devenue la norme de ce monde. La conscience des droits de l’Homme et leur protection est de plus en plus perceptible, et l’homosexualité est devenue un aspect important de la protection des droits de l’Homme, elle a ainsi obtenu un soutien massif dans la plupart des pays occidentaux. En 1998, la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies (aujourd’hui Conseil des droits de l’Homme) commença à presser les gouvernements du monde entier d’abroger leurs lois discriminatoires à l’égard de l’homosexualité. En 1992, l’Organisation mondiale de la santé supprima l’homosexualité de la liste des maladies. En 1999, l’Association mondiale de sexologie (aujourd’hui, Association mondiale de la santé sexuelle), réunie à Hong-Kong, publia la “Déclaration des droits sexuels d’Hong-Kong” dans laquelle était affirmé que la sexualité est une facette inséparable de la personnalité humaine et que les droits sexuels font partie des droits fondamentaux et universels. Cependant, comparé à l’Occident, la Chine contemporaine est est encore conservatrice. Bien que la Chine continentale ait supprimé en 1997 le crime de sodomie, Il n’y a toujours pas de loi contre les discriminations permettant de protéger les droits fondamentaux de plus de soixante millions d’homosexuels chinois.

Toutefois, de l’autre côté du bras de mer séparant Taiwan de la Chine continentale, un couple de lesbiennes célébra le 11 août dernier, dans le monastère de Hongshi dans le comté de Taoyuan, le premier mariage bouddhiste gay de Taiwan. Les deux parties sont bouddhistes, elles portaient des robes de mariée à l’occidentale. Devant le maître Shi Zhao Hui et plusieurs centaines de parents et d’amis, elles ont scellé leur contrat de mariage après s’être échangé des chapelets de prière. Il est à signaler à ce propos que le droit taïwanais n’autorise pas le mariage homosexuel, cependant les communautés bouddhistes ont fait les premiers pas et montré la voie pour les droits de l’Homme à Taiwan en choisissant la bonne direction. Peut-être que sous la vigoureuse pression de ces communautés, le gouvernement taïwanais saura apporter le bonheur aux Chinois du monde entier.

Dans une telle situation, j’avoue ne pas comprendre l’attitude tolérante du bouddhisme à l’égard de l’homosexualité. Intérieurement, je m’imaginais que les religions étaient interconnectées et que ce à quoi le christianisme s’opposait, le bouddhisme s’y opposerait probablement. Je ne pensais pas que le bouddhisme et le christianisme étaient après tout dissemblables. Maître Shi Zhao Hui expliqua ainsi aux médias que le bouddhisme ne s’oppose pas en général à l’homosexualité, parce que aussi bien l’homosexualité que l’hétérosexualité sont “Avidya” (ignorance de la vraie nature des choses). Mais la solennité d’une cérémonie de mariage permet de se rappeler à soi-même qu’il faut bloquer toute pensée inconvenante et renforcer la loyauté aux aspirations et capacités de l’être aimé. De manière évidente,le maître traite l’homosexualité avec un sens de la pondération, et voit l’homosexualité et l’hétérosexualité de façon similaire: le même amour, le même désir, le tout intensément sécrété par la dopamine. Les droits de l’Homme reconnaissent et protègent tout d’abord nos droits biologiques puis nos droits psychologiques.

Grâce à l’avant-gardisme des communautés bouddhistes, le mariage homosexuel pourrait être très prochainement légalisé à Taiwan. Ce qui est assurément un bon début pour les homosexuels taïwanais. Cependant, le clergé catholique taïwanais a réagi vivement. Le père Louis Aldrich, de l’Université catholique de Fu Jen, a mis en garde: “En cas de légalisation du mariage homosexuel, celui-ci portera à terme atteinte à la liberté du catholicisme et du christianisme de diffuser l’éthique et les valeurs chrétiennes, et le clergé pourra être obligé de célébrer dans ses églises les unions entre partenaires du même sexe.”

La situation est vraiment partagée, certains sont favorables au mariage gay, d’autres non. Face à la modernité, le bouddhisme chinois montre qu’il accompagne avec enthousiasme le progrès et qu’il soutient la cause des droits de l’Homme; face à la modernité, le catholicisme est au contraire dans un état de panique, il est revenu à des attitudes moyenâgeuses. De la capacité du christianisme de surpasser la défense croissante des droits de l’Homme découlera l’issue de la lutte que se livrent Dieu et l’humanité. Qui aura le dernier mot?

Source: 21ccom.net, 15 Août 2012

Article Revisions:

About julien.leyre

French-Australian writer, educator, sinophile. Any question? Contact julien@marcopoloproject.org